Eglise Notre-Dame de Verzy ou St. Basle

    L'église, dédiée à Notre-Dame, a été rebâtie en 1843. Le maître-autel à baldaquin provient de la chapelle des Cordeliers de Reims ; on y voit la châsse de saint Basle récemment refaite par les soins du curé, avec huit panneau sur lesquels sont peinte les principales scènes de la vie du saint abbé. L'ancienne église était vaste ; le chœur était voûté ; la nef, à la charge de l'abbé, planchéiée, et les bas côtés tombaient déjà en ruines en l684 ; le clocher formait une tour couverte en tuiles ; les deux autels des chapelles étaient dédiées à saint Nico1as et à sainte Madeleine. En 1684, beau tabernacle doré, ciboire, calice, patène, soleil, boite, burettes, croix, paix en argent, " très belle sacristie. "  (Extrait du livre "Verzy et ses environs" de E. de Barthélémy en 1867 )

On remarque au-dessus du portail actuel une vieille statue de la Vierge provenant de l'abbaye. La vieille cloche brisée vers 1858 portait le nom du marquis de Sillery et de sa femme, née La Rochefoucauld avec la date de 1675.

 

La chapelle Saint Basle

La chapelle fut bénie et inaugurée par le cardinal Langenieux le 4 mai  1894, en présence du curé doyen Millart, d'Alexandre Juillet et d'Edouard Lamy. Cette chapelle est régulièrement entretenue, elle a été restaurée il y a quelques années par l'association Saint Basle.

Une procession avec la chasse de saint Basle avait lieu le 2ème dimanche après Pâques entre l'église paroissiale et l'abbaye, mais elle a été supprimée suite à un arrêté municipal. Elle était l'occasion d'une foire importante qui attirait la population du canton. A partir de 1896 (20 avril) la procession fut organisée entre l'église du village et la chapelle nouvellement construite. Le 7 juin 1900 la municipalité interdisait cette procession et avec elle disparaissait la foire qui fut remplacée par la fête patronale, laquelle a lieu le dernier dimanche de mai. Le 22 avril 1901 une procession est organisée dans le grand parc de la propriété jouxtant l'église, sans passer sur la voie publique, ceci afin de ne pas contrevenir à l'arrêté du maire, lequel était d'ailleurs sur les lieux, avec deux gendarmes, pour faire constater un éventuel écart à son arrêté.