Eglise Saint-Pierre de Verzenay

    Elle présente quelque ressemblance avec les temples de l'ancienne Grèce : quatorze colonnes d'ordre toscan supportent le plafond cintré de la nef, et six autres, celui du sanctuaire. En 1830, ce plafond était peint en bleu ciel, parsemé d'étoiles. Une corniche architrave posée sur des colonnes, règne dans tout le pourtour de l'édifice. Deux chapelles flanquent le chœur.

    Le tabernacle est en bois sculpté et doré datant du XVIIe siècle. L'autel de la chapelle de droite est formé par la pierre provenant du tombeau de Saint Basle. Sous cette pierre on voit la statue couchée du saint (sculpture moderne, type ancien). L'église possède un ossement de la main de Saint Basle depuis 1945.

    Quatorze grandes fenêtres, sur les côtés latéraux, et autre ronde au-dessus du grand portail, donnent à l'église une belle clarté. Les vitraux, abîmés d'abord pendant la première guerre mondiale, furent restaurés en avril 1931 et octobre 1932, puis à nouveau abîmés lors des bombardements de 1940, ils furent restaurés en 1947.

    Près de la chapelle de la Vierge se trouve placée dans le mur une petite statue, Notre-Dame des Sept-Douleurs, datant probablement du XVIe siècle.

    Du même côté, une plaque de marbre a été scellée à la mémoire d’un ancien prêtre de la paroisse.

 

Près du tombeau de Saint Basle se trouve une statue en pierre représentant Saint Vincent.
Autrefois cette statue en pierre était portée à dos d’homme à travers les rues du village le jour de la fête des vignerons.

Le premier vitrail, à droite en entrant, représente également Saint Vincent.

Le clocher de l’église se compose d’une tour quadrangulaire se terminant par une flèche octogonale.