Eglise St Nicolas de Rilly

Historique
Pendant le moyen-âge nous ne savons rien. La vie paroissiale se confond avec la vie civile. Par un vieux plan de 1550, nous voyons que l'église se trouvait au milieu du village qui ne comprenait alors que la grande rue de Reims et la rue du Pavé (du calvaire au gué) avec des maisons de chaque coté.
L'église était entourée d'un cimetière, elle avait droit d'asile et ses habitants s'y réfugiaient  pendant les guerres avant de se sauver avec leurs "bestials" dans la forêt ou sous les remparts de la ville de Reims.
Au XVème et XVIème siècle, l'église a servi de sépulture pour les notables et seigneurs. Charlemagne et les Conciles s'y sont opposés. Déjà Hincmar (806 - 882) archevêque de Reims tenta de déraciner ces abus.
Pendant la période révolutionnaire, 1789-1800, l'église est fermée au culte, les croix descellées. Cependant l'église sert de lieu de réunion (réunions de la garde nationale, tirage au sort, conseils des notables...) Ensuite le culte est rétabli, et actuellement nous pouvons, après sa reconstruction, admirer cette église avec sa tour carrée et son clocher pointu.

 Architecture :
La nef romane date du XI° siècle. Sur deux piliers on peut lire des inscriptions de pierres tombales datant du XV° siècle. Le transept et le chœur gothique surélevés et agrandis, éclairés largement par trois verrières, datent de la fin du XVII° siècle. De chaque coté du chœur s'élève une chapelle, au nord dédiée à St. Nicolas, patron de cette église et au sud dédiée à la vierge Marie.

 


Autel Saint Nicolas


Maitre Autel


Autel de la Sainte Vierge


Apocalypse de St. jean

Les vitraux :
Le vitrail au dessus du portail sud, dû au talent de Mme Brigitte Marq-Simon, représente une louange au Créateur du monde. En 1963 M. Charles Marq, composait un dessin pour les trois verrières du sanctuaire au dessus du Maitre autel : dans une grisaille colorée apparait un soleil éclatant, c'est le symbole de la croix glorieuse du Christ ressuscité.

M. Champ, maitre artisan verrier de Rilly a réalisé d'abord cinq petits vitraux. Puis en 2000 il a assemblé plus de 9000 pièces de verre de toutes teintes, au plomb comme autrefois, pour constituer un grand vitrail pour la chapelle de la saint vierge. Le 4 novembre 2000, le curé de la paroisse, le père Jean-Paul Drèze a béni ce nouveau vitrail dédié à la Vierge allaitant.
Puis en 2003-2004, M. Champ poursuit son travail, avec la réalisation d'un nouveau vitrail pour la chapelle de St. Nicolas, "sur le thème de l'Apocalypse de saint Jean, un enseignement catéchétique pour guider notre réflexion et conforter notre espérance." (d'après une note de Patrick Demouy, historien.)
 


La vierge allaitant

Les stalles

Elles datent du XIX° siècle, elles sont en bois sculpté et les personnages représentent les travaux traditionnels de la vigne et de la vinification.

   RillyEglVitrJess.jpg (11684 octets)
Vitrail de Mme Brigitte Marq-Simon

Le chemin de croix

La paroisse a fait l'acquisition d'un chemin de croix vers 1950. Il a été sculpté par M. R. Wattiez, sculpteur à Reims.

RillyCheCroiTomb.jpg (7706 octets)

   

RillEglStVincent.jpg (5036 octets)

Les cloches

Le clocher de l'église culmine à 40m de haut et la croix qui soutient le coq mesure environ 4m.
La plus grosse cloche, en do, se nomme Nicole, elle est dédiée à St. Nicolas.
La moyenne, en ré, a été bénie le 15 août 1863 et se nomme Marie-Joseph.
La plus petite, en mi, a été bénie en 1804 et se nomme Marie-Anne.

Il était courant à l'époque que la cloche soit baptisée du prénom de l'épouse du premier magistrat de la commune.
 

           RilllyEglSt-.jpg (9350 octets)