Eglise Saint Pierre d'Hauvillers

     C'est Saint Nivard, neveu du célèbre Roi de France Dagobert, qui fonda cette Abbaye. Attiré par la vie monastique, il se retira en Haute-Saône, au monastère de Luxeuil, célèbre à cette époque. Mais il ne devait pas rester à Luxeuil. En 655, il fut appelé à succéder à Reims à l'Archevêque Landon.

      C'est au cours d'un voyage dans la région champenoise, qu'il eut, dit on, une vision extraordinaire et prophétique, qui le décida à fonder sur la montagne même d'Hauvillers un nouveau monastère. Donc, en 650, Saint Nivard entreprit de construire une église en l'honneur de Saint Pierre et des Apôtres. Cette Eglise fut ensuite entourée d'un monastère où l'on vivait selon la règle de Saint Maur, prolongeant celle de Saint Benoît. En 841, le père Abbé Halduin reçut les reliques de Sainte Hélène des mains d'un prêtre du Diocèse de Reims qui avait dérobé la partie supérieure du corps de la Sainte Impératrice à Rome (pratique assez courante en ce temps là).

     C'est ainsi que Hauvillers devint un centre de dévotion et de pèlerinage à Sainte Hélène (fêtée le 18 août et le lundi de Pentecôte). A la Révolution de 1789, les reliques de Sainte Hélène furent soigneusement enlevées et confiées à l'Eglise St Leu à Paris. Ce n'est qu'en 1827 qu'une partie de celles-ci fut rendue à Hauvillers et conservée dans la chasse de Sainte Hélène située actuellement sur le côté gauche de l'autel de l'Abbaye. Le reste du corps est resté à l'église St Leu à Paris.