Eglise saint Barnabé de Champillon

 

Au Moyen-âge, Champillon ne possédait qu'une chapelle dédiée à sainte Madeleine. L'église actuelle, construite en 1689, présente simplement, au-delà du chœur, une nef sans transept et sans bas-côtés. Le pignon à contreforts porte la date de 1829, année de restauration de la façade. Un petit clocher en charpente recouvert d'ardoises a été érigé au dessus du porche en 1879. Il remplaça l'ancien placé au milieu de la nef. A l'intérieur, on remarque le maître-autel bois d'époque Louis XIV.

Au XVIIème siècle, I' érection de la cure intervint au milieu de chicanes incessantes. Le village, véritable nid de guêpes au milieu du vignoble, fait chorus autour d'un certain Jean Vautrain dit "I' Intendant de Champillon". Les habitants allaient à la messe à St Timothée de Dizy. En 1658, il s'entendent avec son curé qui accepte de venir célébrer quelquefois à la chapelle du village. A sa mort, en 1662, les religieux d'Hautvillers s'engagent à assurer la messe dominicale à Champillon, moyennant une contribution de 6 livres par an. En 1669,1'orage éclate. Les habitants présentent une requête à l'Archevêque de Reims afin d'obtenir un curé. Champillon est alors érigé en cure le 25 mai 1669 et Pierre Berthaut en devient le premier titulaire. Le père Abbé d'Hautvillers fit opposition. Il réclama entre autres, en compensation, les cloches de la chapelle mais les habitants les cachèrent. En 1675, Champillon obtint enfin le droit d'avoir un cimetière et des fonts baptismaux. En 1689, la construction de l'église est l'aboutissement de la pugnacité des paroissiens. Les religieux d'Hautvillers renoncent finalement à la cure en 1690.

 

Dans les niches de la façade, deux statuettes conçues
sculptées par Madame Corinne Mille de Champillon ont été
installées en 1998 et 1999. L'une représente la Vierge avec son enfant et l'autre, saint Vincent.