L'église saint Basle de Bouzy

Il existe aux archives de la Marne un plan de l'ancienne église de Bouzy, entourée de son cimetière. Elle se situait au croisement de la rue Villebois Mareuil et de l'impasse des tournelles, dans le "vieux Bouzy". Elle datait de l'époque gallo-romaine. De petite dimension (6 m  sur 20 m) elle suffisait au nombre restreint d'habitants (184 au recensement de 1778). Elle était consacrée à la Sainte Vierge, puis, après 1672, à Saint Basle.

Au XIXè siècle, la prospérité aidant, l'agglomération s'est considérablement agrandie.  L'église devenait trop petite. C'est alors que fut décidée de la construction de l'église actuelle.     
Son édification fut rendue possible grâce à la générosité d'un paroissien, M.Yvonnet, qui gagna le gros lot à la loterie du lingot d'or en 1851 et en a offert une importante partie à cette intention. Des souscriptions publiques ont permis de l'achever en 1856. Quant à la petite église romane, elle fut vendue et démolie deux ans après. Du mobilier intérieur, il ne reste que l'autel en marbre gris  et rouge du XVIIIè siècle, transféré dans la nouvelle église dans le transept sud, et dédié à saint Basle ainsi qu'une statuette de la vierge du XVè siècle (classée).

Saint Basle naquit à Limoges, vers 545, dans une famille illustre de cette ville. Très tôt, il fit preuve d'une grande piété et il résolut de se consacrer entièrement à Dieu. Il s'expatria à Reims, où il fut accueilli par l'archevêque Egidius. Sur son conseil, Basle poursuivit son chemin qui le conduisit à la montagne. Il s'arrêta dans un monastère, situé au pied de la forêt de Verzy, où vivaient douze moines qui l'initièrent à la vie religieuse.

Ensuite, Basle se retira en haut de la montagne pour y vivre dans la solitude, la prière et les privations. On lui a attribué plusieurs miracles qui firent grandir sa réputation de sainteté. il rendit la vue à un aveugle, il sauva un sanglier poursuivi par la   meute de comte Attila, seigneur du pays.  La bête vint se réfugier aux pieds de Basle et les chiens n'osèrent pas l'attaquer.

Attila reconnut là, un signe de Dieu. il prit Basle en haute considération et lui donna la jouissance d'une grande partie de ses bois, aux alentours de Verzy et de ses terres de Bouzy. Basle mourut, on pense, le 6 décembre 620. On l'enterra avec les honneurs, en haut de la montagne ; son corps y resta jusqu'à ce que l'évêque Hincmar le "lève de terre" (ce qui a l'époque était la façon de canoniser les saints), le 15 octobre 879, et fut mis dans une châsse. 

Après plusieurs translations, la châsse de saint Basle se trouve aujourd'hui dans l'église de Verzy, depuis la translation solennelle par Mgr Marmottin,  Archevêque de Reims, le 22 juillet 1945.