Eglise saint Réol d'Ambonnay

Pour bien appréhender la beauté de l'église d'Ambonnay, classée monument historique, il faut faire un instant abstraction des modifications qui l'on affectée au XVe et XIXe siècles. On découvre alors un bel exemple de l'architecture du début de l'âge gothique (2ème moitié du XIIe siècle).

Dans la nef, les parties les plus anciennes sont nettement reconnaissables : les grandes arcades profilées d'une large moulure, les chapiteaux pourvus, parfois, de larges feuilles recourbées à leur extrémité.

Les deux travées à l'Ouest sont différentes. Elles datent de la fin du XIIe siècle, époque où l'on allongea la nef et où l'on construisit la façade. Les chapiteaux sont d'un type différent, ornés de crochets. Les deux travées proches du chœur et les chapelles qui leur correspondent ont été aménagées au XVe siècle. Le bas côté nord a été élargi au XIXe siècle. Celui du côté sud est plus ancien, les ouvertures ont gardé leurs proportions d'origine.

 

Le chœur et l'abside ont été élevés à la même époque que les parties anciennes de la nef. Cependant, ils ont été voûtés sur ogives. L'arc qui sépare ces deux parties est remarquable par son  décor de chevrons que l'on retrouve à l'extérieur sur la fenêtre centrale de l'abside. Les parties latérales du chœur ont été refaites au XIXe siècle ; l'abside est décorée d'une belle arcature basse. La voûte d'ogives repose sur des chapiteaux plus finement sculptés que ceux de la nef. Curieusement, elle n'est pas centrée ; c'était les balbutiements du gothique ! A l'origine, chaque pan de l'abside était surmonté d'un oculus. En 1883, les ouvertures ont été modifiées ; sur le plan nord, cette disposition a été néanmoins rétablie.

A l'extérieur on admirera surtout le chevet. Chaque angle est épaulé par des contreforts en forme de colonnettes ornés de chapiteaux coiffés d'un petit cône. On lit nettement à travers les moulures extérieures la disposition ancienne des baies. Une frise court sur la corniche. La tour, plusieurs fois restaurée conserve de belles proportions. Son avant-dernier étage avec ses baies cintrées jumelées et ses colonnettes d'angle est encore d'un esprit tout à fait roman. Près de la porte d'entrée, on retrouve une belle statue de Jean-Baptiste en pierre polychrome du XVIe siècle et près de l'autel, Saint Réol, patron de l'église d'Ambonnay ainsi que la Vierge Marie.     

 

Saint Réol :

Réol (Réolus - Rieul ou Regulus) vivait au VIIème siècle. Il avait épousé Amathilde qui lui donna plusieurs enfants. Elle était fille de Childéric II, roi de France de la race des Mérovingiens, nièce de son prédécesseur immédiat saint Nivard.
Devenu veuf vers 662, saint Réol embrassa la vie monastique à l'abbaye d'Hautvillers. Sa foi, sa vertu, sa science et son zèle inculqués par saint Nivard le firent remarquer à la mort de ce dernier; Réol fut élu évêque de Reims en 669.
Il fonda vers 673-680, l'abbaye d'Orbais. On peut retenir également qu'il participa au Concile de Rouen en 682. Saint Réol mourut âgé, le 3 ou le 6 septembre 695, après avoir gouverné l'église de Reims pendant 26 ans.

D'importantes reliques sont conservées de lui à Orbais. Elles attirèrent chaque année de nombreux pèlerins pour obtenir des grâces de guérison et de préservation. Il est imploré également pour faire marcher des enfants chétifs et malingres. L'église d'Ambonnay possède comme relique une côte de saint Réol.

Sa fête, le 25 novembre est solennisée actuellement à Ambonnay le dernier dimanche de juillet.